La vérité

Print Friendly, PDF & Email
Revenir au programme
La vérité est l’adéquation entre la pensée et la réalité. La méthode pour l’établir est la démonstration. Toutefois, il faut se demander si la vérité n’est pas plurielle et quelle est sa valeur.
  • Kant: Que puis-je savoir ?

Cette question présuppose que nous sommes tous attachés à la vérité quand bien même elle nous déplaît.

La science, le savoir… sont relatifs à un pouvoir, une faculté: la raison. Cette capacité à cependant une limite, nous ne pouvons pas comprendre. Ainsi, on cherche à définir aussi cette limite, le plus nettement possible. Elle correspond à la frontière entre croire et savoir. Quel est notre pouvoir de savoir ? Qu’est-ce que la raison ? Quelle est la limite de la raison ?

 

  • Nietzsche: Que voulons-nous savoir ?

La force d’un individu se mesure au degré de la vérité qu’il peut entendre. Tel que la faiblesse d’un individu se mesure à la quantité d’illusion nécessaire pour supporter l’existence. Selon lui, seuls les meilleurs peuvent se saisir de la vérité.

 

Chaque science est assez intelligente pour établir ses conditions de vérité. Au sens des mathématiciens, la démonstration est la méthode de définir ce qui est vrai. Cela permet d’établir des théorèmes, des propositions vrai parce que démontrer.

Chaque théorème est démontré à partir d’un théorème. Le premier d’entre eux est dit postulat ou anxium

 

Vérité:

  • L’idée de la découverte scientifique (loi de la nature dévoilée par un travail de recherche).
  • L’accord du discours avec la réalité. L’adéquation de ce que je dis avec ce qui est.

 

Discours, jugement, penserla proposition. La vérité est la qualité de la proposition. Cette dernière est soit fausse soit vrai.

Présupposé existentiel: lorsque le locuteur ne précise pas les circonstances de son jugement nous admettons qu’elle sont ici et maintenant.

 

La proposition

Discours entre Socrate (philosophe) et Protagoras (sophiste)

Proposition: « Le métal et froid »

Protagoras: je touche le métal sensation de froid.
Socrate: il est froid selon vous ici et maintenant
Protagoras: la science et la sensation donc l’homme est la mesure de toute chose, tel que chacun a sa propre mesure sa vérité. On parle de relativisme sophistique
Socrate: froid, sensation et non pas une qualité du métal (Le métal est en réalité un conducteur thermique)

Différence entre sensations et qualités objectif, réel

 

Pour Socrate, rationnel, la science n’est pas la sensation. Pour rentrer dans la science de « ce que je sais » il faut distinguer le monde réel du monde sensible.

 

FREGGE, le problème:

  • L’étoile du soir
  • L’étoile du matin
  • L’étoile du Berger
  • Vénus
  • La deuxième étoile de notre système solaire en partant du centre.

Ces expressions sont-elles les mêmes ?
Il faut faire une distinction entre désigner et signifier. Chaque mot à un double rapport un mot désigne quelque chose et il est la connotation de quelque chose.

 

La vérité est une propriété du langage, de la pensée mais pas du monde. Un fait pas vrai ou faux il est réel ou irréel.

 

Ce que nous disons peut-être vrai ou faux et l’examen de nos propositions définissent la vérité. Aristote avant que la science de la vérité, la logique.

  • La logique: la science des conditions formelles de la vérité.
  • La logique des prédicats: l’analyse d’une proposition pour généraliser les autres.
  • La logique des propositions: en analyse plusieurs propositions qui s’enchaînent. Le syllogisme prototype de raisonnement consiste à établir une vérité à partir d’autres. Cependant le paralogisme semble juste mais il faut il est basé sur des propositions vrai mais arrive à une conclusion fausse. Au 14e siècle on découvre que le syllogisme n’est pas la seule le seul raisonnement logique.

 

Russell: « L’actuel roi de France est chauve. »
Puisqu’il n’y a pas de roi, on ne peut pas déterminer la vérité de cette proposition. Il y a donc des propositions vides de sens donc on ne peut déterminer si elles sont vraies ou fausses.

Quand la pensée est formalisé elle est de l’ordre du calcul. Nos difficultés à penser viendrait de la pauvreté de notre langue. Selon Leibniz s’il existait une langue avec une seule compréhension possible on pourrait calculer la vérité

 

Pensées des auteurs:

La vérité

  • Sextus Empiricus: Il n’existe pas de première démonstration, chaque théorème étant fondé sur un autre. Aussi, mise en évidence du paradoxe « il n’existe pas de vérité » qui est une affirmation donc il y a contradiction.
  • Platon: La quête du philosophe, cherche la vérité dans le monde des idées, le monde intelligible.
  • Pascal: La vérité n’est pas forcément démonstrative. Il y a celle de la raison (géométrie et histoire) et celle du cœur (religion) qui ne doit pas être démontrée.
  • Nietzsche: Il est sceptique ; la science ne détient pas la vérité absolue. Les vérités sont des erreurs nécessaires à la vie.
  • Descartes: L’évidence, c’est le critère de la vérité.
  • Hume: Il faut distinguer vérités d’idées et vérités de faits.
  • Kant: La vérité est toujours universelle et nécessaire.
  • Locke: L’esprit humain ne possède aucune connaissance de façon innée. Avant l’expérience, l’esprit est comme une feuille blanche : rien n’y est inscrit. L’expérience est donc ce à partir de quoi se constitue la connaissance.
  • Aristote: La connaissance doit être universelle : elle doit être vraie en tout temps et en tout lieu. Seule la démonstration permet d’assurer que les propositions sont nécessairement vraies. C’est pourquoi la connaissance doit s’appuyer sur la démonstration.
Partage cette fiche de cours à ton entourage:

Laisser un commentaire